Projets 2014-2015

NOUVEAUX PROJETS

L’enseignement et l’évaluation des opérations intellectuelles du programme d’histoire de la 3e et de la 4e secondaire : la réussite des élèves à l’épreuve unique de la 4e secondaire
Commission scolaire du Pays-des-Bleuets (Sonia St-Gelais, Catherine Duquette)

Dans une récente publication, le MELS a annoncé que l’examen d’histoire de 4e secondaire continuera à évaluer la capacité des élèves à maitriser huit opérations intellectuelles propres à la discipline historique. Les récentes recherches sur le taux de succès des élèves à cet examen, nous amène à croire que les enseignants d’histoire devront maintenant aborder dès la 3e secondaire les opérations intellectuelles évaluées lors de l’épreuve unique afin de favoriser la réussite de leurs élèves. Or, aucune progression des apprentissages relative aux opérations intellectuelles n’est disponible. Qu’attendre des élèves de la 3e secondaire comparativement aux élèves de la 4e secondaire? Quelles stratégies pédagogiques privilégier en classe? Afin de répondre à ces questions, nous proposons de compléter une recherche collaborative avec six enseignants de la 3e et de la 4e secondaire de la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets. La recherche visera donc à analyser une sélection d’épreuves d’histoire de la 4e secondaire afin d’y déceler les forces et faiblesses des élèves. Puis, les enseignants, lors de rencontres de groupe, seront invités à développer des stratégies pédagogiques en lien avec les opérations intellectuelles. La chercheure, quant à elle, procédera à l’analyse des travaux des élèves. Au terme du projet, les enseignants auront codévelopper une banque de stratégies pédagogiques validées en classe et la chercheure leur proposera une échelle de progression des apprentissages propre aux demandes du cours d’histoire et éducation à la du 2e cycle du secondaire.

Expérimentation d’outils d’accompagnement visant à fournir des conditions optimales à la pratique des dictées innovantes au primaire et au secondaire
Commission scolaire Lac-Saint-Jean (Jacinthe Fortin, Carole Fisher)

Une recherche action réalisée entre 2010 et 2012 dans quarante classes du primaire et du secondaire, dont onze de la CS du Lac-St-Jean, a démontré pour la première fois à large échelle l’efficacité de la dictée 0 faute et de la phrase dictée du jour pour améliorer les compétences des élèves en orthographe grammaticale. Ces deux pratiques découlent de propositions didactiques qui tiennent compte de ce que l’on sait aujourd’hui à la fois de l’orthographe comme système, de sa mise en œuvre dans l’activité d’écriture, et des cheminements par lesquels les élèves s’approprient son fonctionnement. Ces dictées innovantes se sont répandues, de sorte qu’en 2013, elles font partie du plan de réussite de plusieurs écoles de la CS du Lac-St-Jean. Toutefois, la recherche de Nadeau et Fisher (2013) a aussi montré que l’effet de ces pratiques dépendait en bonne partie de la manière de conduire l’activité par l’enseignant. Et comme l’ont constaté les conseillères pédagogiques, en adoptant ces formes de dictées, les enseignants expriment des besoins d’accompagnement et de ressources. L’objectif de cette recherche participative consiste donc à élaborer certains outils (modelage, extraits vidéo illustrant des gestes professionnels, répertoires de phrases adaptées à chaque niveau, outil de compilation des progrès, etc.) afin d’accompagner les enseignants dans l’appropriation de ces pratiques. Il s’agit en somme de développer des ressources assurant des conditions optimales à la mise en oeuvre des dictées innovantes, au primaire et au secondaire, et d’en évaluer la pertinence grâce à la collaboration des enseignants participants.

Inclusion des élèves ayant des troubles d’apprentissage : Points de vue des élèves et transformation des pratiques
Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (Julie Palin, Jacinthe Dion)

Considérant les nombreux impacts d’un trouble d’apprentissage sur la réussite et la persévérance scolaire (p.ex., Wilson et al., 2007), il importe de mieux comprendre quelles interventions scolaires peuvent aider les enfants qui en sont atteints. Depuis 2004, une démarche d’inclusion scolaire auprès d’élèves en trouble d’apprentissage a été développée à l’école Notre-Dame-du-Rosaire. Malgré une perception positive de l’expérience de la part des principaux acteurs (élèves, intervenants et parents), l’analyse spécifique de la situation n’avait jamais été effectuée dans le contexte d’une étude. Au cours des deux dernières années, une étude participative a été réalisée avec les principaux intervenants scolaires. Les résultats préliminaires font état de facteurs de réussite liés principalement aux pratiques éducatives des intervenants scolaires, aux attitudes parentales de même qu’à certains éléments contextuels (Lapointe & Dion, sous presse). Bien que ces résultats nous apparaissent positifs, le point de vue des élèves demeure à explorer afin d’approfondir notre compréhension du phénomène. En effet, ces derniers n’ont pas été questionnés quant à leur expérience de l’inclusion scolaire et quant aux pratiques des intervenants. Au cours des deux dernières années, nous avons mesuré leur niveau d’estime de soi à quelques reprises. Toutefois, les résultats n’ont pas été concluants. C’est pourquoi, suite à une discussion avec les intervenants scolaires, nous croyons qu’une démarche scientifique visant à bien cerner cette problématique devrait s’attarder à leur expérience, objet du présent projet.

Mise en place d’un dispositif hybride facilitant l’accompagnement et la collaboration dans le cadre de la supervision des stagiaires de première année du baccalauréat d’éducation au préscolaire et d’enseignement au primaire
Commission scolaire des Rives-du-Saguenay (Nadine Girard, Nadia Cody)

L’enseignant associé (EA) et le superviseur universitaire (SU) jouent un rôle de premier plan dans la formation des stagiaires. Depuis 2008, leurs fonctions, communes et complémentaires, sont balisées par un référentiel de compétences, lequel a fait l’objet de deux études régionales de 2008 à 2013. Ces recherches ont permis d’identifier des difficultés vécues par les EA et les Su dont certaines liées à la collaboration et à l’accompagnement du stagiaire. Dans les deux cas, les résultats démontrent que ces acteurs clés souhaitent collaborer plus efficacement afin d’être en mesure d’aider davantage le stagiaire à établir des liens plus étroits entre les savoirs formels et expérientiels, lui permettant ainsi de développer des compétences professionnelles de haut niveau en formation initiale. Dans le cadre de la présente étude collaborative, 2 professeurs, 4 EA, dont 2 ont aussi été professeurs invités en prêt de service (PIPS) à l’UQAC, une professionnelle du MELS et 2 assistantes de recherche souhaitent mettre en place un dispositif hybride visant à répondre aux besoins exprimés par les EA et les SU en exploitant le portfolio numérique de développement professionnel et en évaluant les retombées, tant sur le plan de la collaboration que de l’accompagnement. En permettant aux intervenants de bénéficier d’un tel dispositif dans le cadre de la supervision des stages, on contribuera à la mise en place d’une collaboration plus affirmée entre ces deux acteurs clés pour une formation du stagiaire fortement articulée sur le lien théorie, pratique et réflexion dès la première année d’université.

Analyse des retombées d’un plan de formation concerté en science et technologie dans la pratique d’enseignants du primaire
CRÉPAS (Isabel Auclair, Christine Couture)

Dans le cadre des priorités du plan stratégique régional concerté du CRÉPAS, l’étude des retombées d’un plan de formation dans la pratique d’enseignants du primaire propose d’explorer de nouvelles pistes pour répondre à leur besoin de formation en science et technologie. L’originalité de ce projet est de mobiliser différents acteurs engagés dans la formation, l’accompagnement des enseignants et la promotion de la culture scientifique afin de coordonner leurs interventions (CSÉ, 2013) pour soutenir les enseignants dans leur tâche à travers un plan de formation. Le but de la recherche est de documenter les retombées du plan de formation sous l’angle d’ajustements de pratique (Savoie-Zajc, 2005; Couture, Tionne, Saboie-Zajc, Aurousseau, 2013) analysés à l’aide d’un cadre spécifique à la didactique des sciences (Astolfi, Peterfalvi et Vérin, 2006; Coquidé, Fortin et Rumelhard, 2009; Lederman et Lederman, 2012) et au programme de formation (MEQ, 2001). Une approche qualitative/interprétative (Savoie-Zajc, 2011) est retenue afin de repérer et d’analyser des ajustements de pratique à partir d’entrevues menées auprès des enseignants participant au plan de formation, au début et à la fin du projet, ainsi que d’un journal de bord qu’ils seront invités à compléter. Les résultats permettront aux acteurs engagés dans le plan de formation de constater l’impact de leurs interventions dans la pratique des enseignants. De façon plus large, c’est aussi l’occasion de voir comment les propositions sont reprises par les enseignants et ainsi, repenser ce qui est offert en matière de soutien et d’accompagnement.

Les commentaires sont fermés.